Rachat de crédit Banque Postale

Depuis les années 2000, les opérations de rachat de crédit ont connu un essor considérable dans l’Hexagone importées du modèle anglo-saxon. Différents acteurs se sont positionnés sur ce marché dont les courtiers spécialisés en collaboration avec des prêteurs spécifiques, des organismes financiers ainsi que certaines banques de dépôt qui ont vu dans ces financements un nouveau segment de marché. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la Banque Postale se soit intéressée au rachat de crédit en qualité d’acteur bancaire majeur. Rappelons que la Banque Postale s’est distinguée ces dernières années par la qualité de certains de ses financements : elle a par exemple été primée par le magazine économique « Le Revenu » pour ses prêts immobiliers l’année passée. Rien d’étonnant à ce que l’enseigne se soit lancée dans le rachat de crédit Banque Postale.

Le rachat de crédit Banque Postale, ce sont plusieurs formules proposées aux consommateurs. Le positionnement est double puisque le prêteur commercialise à la fois des prêts personnels de rachat de crédit (par définition destinés aux locataires), mais aussi des prêts hypothécaires qui concernent les propriétaires. Les durées et les montants varient de 12 à 84 mois et vont de 1 500 à 50 000 € pour les premiers prêts et jusqu’à 144 mois pour les propriétaires assortis de montants pouvant être supérieurs. Les produits sont assez souples à l’instar de possibilités de modulation des mensualités, des durées et des remboursements anticipés (selon dispositions contractuelles), mais font malgré tout l’objet de caractéristiques et de contraintes. Un rachat de crédit Banque Postale exclut par exemple le rachat de ses propres encours ou encore un rachat dont la part immobilière représente plus de 60 % du total.