Rachat de crédit surendettement

Succomber à des taux d’appels :

Il est très facile de succomber à l’appel des sirènes et de souscrire à un crédit au taux à priori alléchant, vanté dans une publicité de magazine télé : 3,60% indiquent-ils, c’est tentant. Le lecteur et consommateur ne voyant pas que ce taux d’intérêt n’est proposé que sur une durée de 3 mois. Or, le taux d’intérêt après cette première période initiale explose jusqu’à 20 %. C’est souvent après que nait le rachat de crédit surendettement.

Souscrire une durée trop courte :

Qui n’a pas vu de grands panneaux louant la possibilité de faire un crédit à la consommation au taux exceptionnel de 5 %, alors même que le taux pour ce type de prêt est généralement proposé à 8 %, à la même période. Mais il faut lire les petites lignes… et ces petites lignes indiquent que ce taux exceptionnel n’est proposé que pour des crédits d’une durée de 12 mois. Or, moins de 1% des ménages, font des crédits sur une durée aussi courte. C’est encore un bon moyen de donner l’envie aux consommateurs de souscrire à des crédits qui entraineront à court ou moyen terme le surendettement des foyers et un rachat de crédit surendettement.

Faire le report de mensualité :

Beaucoup d’organismes proposent cela comme une facilité. Ainsi, en cas de coup dur, on peut se dispenser de payer une mensualité pour la reporter … aux calendes grecques. Si le prêt qui a été mis en place l’a été fait dans les règles de l’art, le taux d’endettement de l’emprunteur ne dépassera pas environ le tiers de son revenu et celui-ci pourra, comme on l’a vu précédemment, mettre en place une épargne de précaution. Alors pourquoi le prêteur, imagine déjà avant même que le prêt ait commencé, que vous puissiez avoir besoin de différer une de vos mensualités ? Pourquoi imaginer que vous ayez demain des difficultés de paiements ? C’est à éviter pour ne pas avoir à faire un rachat de crédit surendettement pour se sortir de cette ornière.